Réduire la taille du texteAgrandir la taille du texte

San Giovanni Battista

Opéra 2018-2019
Date: mardi 13 novembre 2018 20:00

Lieu:

STRADELLA

NOVEMBRE 2018
Mar 13, 20h

San Giovanni Battista

STRADELLA
ORATORIO EN ÉGLISE
Oratorio en deux parties sur un livret de l’abbé Ansaldi 1675

 

Novembre 2018
MARDI 13, 20h
Spect. n° 2

Cathédrale de Rennes

Ouverture de la location : Samedi 29 Septembre - Tarif unique : 30 €

 

 

Le Banquet Céleste

Direction musicale Damien Guillon
Mise en scène Vincent Tavernier
Scénographie Claire Niquet
Costumes Érick Plaza-Cochet
Lumières Carlos Pérez

San Giovanni Battista Paul-Antoine Bennos
Salome Alicia Amo
Hérode Olivier Déjean
Hérodiade Gaïa Petrone
Le conseiller Artavazd Sargsyan

Coproduction Opéra de Rennes, Angers-Nantes Opéra Nouvelle production

 

On ne se lasse pas d’admirer la manière dont les pontifes de la Rome baroque ont en quelque sorte récupéré l’opéra,

genre tourné vers l’Antiquité païenne et donc plus que suspect à leurs yeux, pour le mettre au service de l’édification du peuple des chrétiens. Rien ne pouvait être trop beau pour célébrer la gloire de Dieu. Grâce à l’engagement des Oratoriens autour de Philippe de Néri, l’oratorio était né, et il allait connaître son premier âge d’or grâce aux Jésuites.

Créé durant les Pâques 1675 en l’église Saint Jean Baptiste des Florentins, le San Giovanni Battista d’Alessandro Stradella est sans aucun doute l’un des chefs-d’oeuvre de ce genre nouveau. Le compositeur romain y réalise une vraie fusion avec ce qu’est devenu l’opéra grâce à Monteverdi et Cavalli : il choisit l’italien plutôt que le latin adopté par ses devanciers, et ses personnages, bien que symboliques, sont animés de sentiments très humains. D’ailleurs, airs et récitatifs l’emportent largement sur les pieuses parties chorales. Si le saint, comme dans la Salomé de Richard Strauss, fait songer à une statue de chair, les autres personnages sont beaucoup plus vivants, tourmentés, à l’image d’un Hérode plongé dans le doute et la peur.

Le langage musical de Stradella cherche à convaincre par l’émotion, comme le font les fresques des églises baroques, et y parvient par une grande science en même temps que par une éloquence dont Damien Guillon se fait l’interprète scrupuleux, tandis que Vincent Tavernier inscrit dans l’espace sacré sa mise en scène conçue, comme aux temps baroques, pour être présentée dans les églises.

 

Autres représentations :

Nantes, Chapelle Notre-Dame de l’Immaculée Conception

vendredi 9 novembre à 20h
samedi 10 novembre à 18h

Angers, Église Saint-Jean :
vendredi 16 novembre à 20h

Collégiale Saint Martin
lundi 29 avril à 20h
mardi 30 avril à 20h

Bouchemaine, Église Saint-Symphorien :
mardi 20 novembre à 20h30

Et en tournée en régions Bretagne et Pays-de-la-Loire avec le soutien des Conseils régionaux.

 

 

Powered by iCagenda