Réduire la taille du texteAgrandir la taille du texte

MéChatmorphoses

Opéra
Date: samedi 14 avril 2018 18:00

Lieu:

CLÉRAMBAULT / CAMPRA / MORIN

AVRIL 2018
SAMEDI 14, 18H

MéChatmorphoses

CLÉRAMBAULT / CAMPRA / MORIN
EN FAMILLE
à partir de 8 ans

 

AVRIL 2018
SAMEDI 14,
18h
Spect. n° 10

Ouverture de la location : Samedi 3 Mars - Tarif concert

 

 

Mise en scène et scénographie Tami Troman
Mise en lumières et maquillages Nathalie Perrier
Costumes Alain Blanchot
Textes Léonor de Récondo
Sculpteur Delphine Sainte-Marie

Baryton Benoît Arnould
Mime et comédien Jean-Paul Mura

Direction artistique et flûte Héloïse Gaillard
Clavecin Marie Van Rhijn
Violon Marie Rouquié
violoncelle Annabelle Luis

Création de l’ensemble Amarillis en coproduction avec la Cité de la Voix de Vézelay, l’Opéra Grand Avignon, l’Opéra de Dijon, l’Opéra de Rennes et Scènes de Pays dans les Mauges.

Le conte est une fontaine magique pour l’opéra.

Il l’est aussi pour ses avatars, la cantate française entre autres, qui à l’époque baroque se plait à nous conter des histoires empruntées aussi bien à Perrault qu’à Cervantès ou aux légendes antiques. Héloïse Gaillard, hôte régulière de notre maison avec son Ensemble Amarillis, a ainsi eu l’idée d’un spectacle pour petits et grands en assemblant les musiques de trois bijoux de ce répertoire longtemps oublié, autour de la figure de Pygmalion, le sculpteur amoureux de la statue qu’il est en train d’achever.
Nous sommes à la fin du règne de Louis XIV avec Louis-Nicolas Clérambault, André Campra, et Jean-Baptiste Morin, musicien au service du futur Régent et auteur d’un Don Quichotte très lyrique. La cantate profane est pour eux un moyen de miniaturiser en quelque sorte la comédie ou la tragédie en musique dans les salons de leurs protecteurs. Et leurs partitions, écrites pour un baryton solo empruntent en effet au genre opératique son alternance de récitatifs et d’airs et son inspiration tout à la fois dramatique et lyrique.

Léonor de Récondo a conçu le texte et Tami Troman la mise en scène de ce spectacle dans lequel Pygmalion est accompagné d’un gros chat, témoin et complice de ses tourments. Les quatre musiciennes d’Amarillis sont également actrices de ce divertissement, incarnant la féminité qu’interroge le sujet même de cette fantaisie lyrique. Tous, ensemble, insufflent au sculpteur sa flamme créatrice, l’encouragent, lui suggèrent des idées. Peu à peu, la femme idéale sortie de l’imagination de l’artiste se construit sous nos yeux, ou plutôt à la faveur des images que suggèrent les musiques de cette époque pas si lointaine.

Représentations scolaires :
Jeudi 12 avril 14h30
Vendredi 13 avril 14h30

 

 

Powered by iCagenda